AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TATE & LUFFY ▷ no one can hear.

Aller en bas 
AuteurMessage
Tate O. Starkey
CAPTAIN FUCKING MAGIC

avatar

messages : 38
date d'inscription : 03/02/2012
pseudo : Kook.
avatar : Colton Haynes.
copyright : © Aurélie.

GOOD FEELINGS
sms/messagerie:

MessageSujet: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    Sam 11 Fév - 20:20

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

Samedi 04 Février 2012 ; 22h53 ; -2°C.
Caesar n’est pas encore arrivé, et Liz est certainement dans sa chambre. Les lumières sont éteintes. Berlioz fixe Tate et Luffy du haut de la Bibliothèque. Le chien ronfle près du feu. Les deux poissons rouges tournent inlassablement autour de leur rocher en plastique. (Un temps). Soupire. Starkey s’avance vers la petite cuisinette tout en retirant ses chaussures à la va-vite, ainsi que sa veste et son écharpe. Arrivé face au frigo, il met un petit moment avant de l’ouvrir (Un temps). Il l’observe, fixe les restes, offre une petite œillade aux boissons, grimace face à l’odeur du camembert. Puis referme. (Un temps). Il se redresse, et se tourne face à son cadet. Murmure. « Luffy. » Il attire son attention. (Un temps). Son cœur lui martèle la cage thoracique. Sa gorge n’est définitivement plus qu’un gros tas de nœud. Mais il déglutit, encore, désespérément. « Viens là. » Ni une, ni deux, Tate saisit le poignet de l’artiste et lui fait signe de bien vouloir le suivre dans sa chambre (Pas la baignoire, quand même. Merci au passage Luffy d’avoir désigné la baignoire comme étant mon lit ! J’te retiens. Un jour je t’y baiserai sauvagement). Il tourne la poignée, puis entre. Pénombre. Notre ami se garde d’appuyer sur l’interrupteur. Pourquoi ? Visage caché. Emotions dissimulées. Sentiment d’intimité. De protection. De carapace. (Un temps). Il hésite. Et plus les secondes défilent, plus ses forcent le quittent. Il inspire. Peine à expirer. Et enfin : se jette à l’eau. (Un temps). Délicatement, son bras droit passe au dessus de l’épaule de Luffy, tandis que le gauche se glisse tendrement dans son dos. Il l’attire à lui. Doucement. Le serre, le capture, l’emprisonne au creux de son torse. (Un temps). Son cœur ne cesse de s’agiter, de torturer sa poitrine. Mais qu’importe. Tate fronce ses sourcils et ferme ses paupières. Le bout de son nez, encore froid, se loge dans le cou de Luffy. Son odeur, sa chaleur. Notre ami newyorkais se sent tressaillir. Il relève légèrement la tête, lui susurrant à l’oreille. « J’déconne pas. (Un temps). J’te touche pas pour t’emmerder. (Un temps). J’te câline pas parce que ça m’éclate. (Un temps). J’t’embrasse pas pour me foutre de ta gueule. (Un temps). J’te baise pas parce que t’es un bon coup(Un temps) J'te fais l'amour, t'entends ? (Un long temps). J’déconne pas Luffy… » Les lèvres du brun viennent frôler leurs voisines. « ...Compris ? » Son murmure se rompt au moment où sa bouche vient épouser les formes de celle de l’artiste. Tate ferme ses paupières tandis que sa main droite se pose sur la joue de son cadet. Son pouce caresse instant sa peau, puis dérive sur sa mâchoire, et enfin dans ses cheveux. (Un temps). Son palpitant se calme petit à petit, mais malgré tout, ce qu’il vient de dire là (non pas qu’il le regrette), a le don de le rendre terriblement nerveux.

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luffy M. Dog
CANARI EN SUCRE Baisant sur l'arc-en-ciel
avatar

messages : 359
date d'inscription : 03/02/2012
pseudo : MEXICALI ROSE /Chloé
avatar : CHICO
copyright : honey bird

GOOD FEELINGS
sms/messagerie:

MessageSujet: Re: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    Dim 12 Fév - 18:04






I could stay awake just to hear you breathing,
Watch you smile while you are sleeping,
While you are far away and dreaming.

« Ouais » Ouf. Sauvé par le gong. Il semblerait que l'estomac de Tate ait battu son pouvoir de réflexion. Un silence de plomb s'était installé entre nous, et c'était très bien ainsi. J'allais m'enfiler une biscotte avant de m'éclipser dans ma chambre, comme si je n'avais pas déblatéré mes sentiments. Bon plan. Une fois au chaud, je me débarrassais de ma veste et de mon écharpe, peu friand des bouffées de chaleur. Pourtant, j'avais toujours chaud. Je n'avais plus qu'à aller me foutre à poil dans ma chambre, la fenêtre grande ouverte, mais Tate en avait décidé autrement. Il m'attira dans sa chambre, sans aucune résistance de ma part. Je n'avais pas le courage de jouer les rebelles, autant qu'il me dise la vérité maintenant, histoire que ce soit clair entre nous. Je ne me faisais pas d'illusion, tout ceci n'était qu'un jeu pour lui. Une fois dans sa chambre, je m'étonnais qu'il n'allume pas la lumière. Il faut dire c'qu'y est...Je n'étais pas très à l'aise dans cette pénombre. La mâchoire crispée, je cherchais Tate du regard, un peu déboussolé. Je n'eus pas à chercher longtemps puisque c'est lui qui vint à moi...et pas de la manière que je m'étais déjà imaginée. Lorsque ses bras m'enlacèrent, des frissons vinrent me lécher de toute part. Bizarrement, Tate m'apparaissait plus grand comme ça, ou peut-être était-ce son aspect protecteur qui lui donnait cette impression? Sur le coup, j'étais content qu'il n'ait pas éclairé la pièce, je ne tenais pas à ce qu'il me voit rougir comme une tomate. Je pouvais entendre le battement affolé de mon cœur, ou était-ce celui de Tate? J'avalais ses aveux avec surprise...Je ne m'y attendais pas. Moi qui m'étais préparé à recevoir un beau râteau, j'étais loin d'imaginer qu'il ne faisait pas que s'amuser avec moi. Je sentais une chaleur s'immiscer au niveau de mon bas ventre, une douce chaleur qui me blottit un peu plus dans les bras de Tate. Je n'osais rien dire...Je n'en avais d'ailleurs pas l'occasion puisqu'il scella mes lèvres par un baiser. J'étais hypnotisé par la caresse de son pouce contre mon visage, avant de se perdre dans ma crinière indomptable. Malgré tout, je ressentais cette même angoisse. Ces sentiments m'effrayaient, c'était comme emprunter un nouveau sentier, vers une destination inconnue. C'était comme aller à l'aveuglette. J'étais littéralement terrorisé mais pour rien au monde, je n'aurais mis fin à cette étreinte. Alors, je répondis à son baiser avec une envie non dissimulée. Ce n'était pas un de ces innombrables baisers que nous avions déjà partagés, il y avait là nos sentiments communs. Mes mains glissèrent sur sa nuque, comme la caresse d'une plume, et je goûtais avec engouement les lèvres de mon bourreau. C'était une saveur unique. Le baiser d'une autre personne me serait bien fade après ça. Lorsque l'oxygène nous manqua, et que nous n'avions d'autre choix que de nous séparer, j'arrivais finalement à articuler; « Alors...tu m'aimes? » On aurait plus dit le couinement d'une souris que la demande d'une âme confiante. C'était le genre de question qui pourrait embarrasser, mais j'avais besoin d'une certitude. Bon, s'il m'avait posé cette même question, j'aurais sans doute bégayer comme un handicapé avant de m'enfouir sous un oreiller...Donc il valait mieux que je prenne les devants.


_________________



LES 4 MOUSQUETAIRES
Δ Δ Δ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tate O. Starkey
CAPTAIN FUCKING MAGIC

avatar

messages : 38
date d'inscription : 03/02/2012
pseudo : Kook.
avatar : Colton Haynes.
copyright : © Aurélie.

GOOD FEELINGS
sms/messagerie:

MessageSujet: Re: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    Dim 12 Fév - 21:29

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

Samedi 04 Février 2012 ; 23h02 ; -3°C.
Tate baissa les yeux. Jamais auparavant ils n’avaient partagé un baiser aussi passionnel. Jamais il ne s’était senti aussi nerveux face à l’artiste. Et jamais le souffle de ce dernier ne lui avait semblé aussi vital, aussi indispensable. Il déglutit. La voix de son cadet se fit entendre brièvement, brisant ainsi les soupires saccadés, eux-mêmes engendrés par l’angoisse. (Un temps). Le palpitant du Newyorkais rata une nouvelle fois un battement. Il entrouvrit la bouche, mais rien ne s’en échappa. S’il l’aimait ? Plus que quiconque en ce bas monde. C’était indescriptible. Il l’aimait au point de penser à lui de jour comme de nuit. Au point de vouloir lui faire l’amour tous les soirs. Au point de le prendre tendrement dans ses bras au moindre petit sourire adorable. Au point d’en crever de folie. « Comment t’oses me demander ça après c’que je viens de te dire ? Sale gosse. » Malgré lui, un sourire en coin s'esquisse sur son minois. « Tu veux ma mort ou quoi ? ». (Un temps). Pas de réponse. Luffy semble complètement paumé. Tate inspire un bon coup, avant de descendre ses mains le long des bras du brun et de lui saisir les poignets. Il se recule légèrement, puis noie son regard dans celui du musicien. (Un temps). « T’es bien la seule personne qui me fait perdre autant mes moyens avec une question aussi débile. (Un temps). Alors ouais. (Un temps) J’pense qu’au final… J’t’aime vraiment. » Monsieur redevient sérieux, puis inspire de nouveau. Machinalement, il détourne le regard. Ah ! Les aveux, ce n’est décidément pas sa tasse de thé. Dans le genre crise d’angoisse, il prend cher. Enfin, passons. Starkey libère l’une de ses mains pour la poser dans sa nuque. L’autre se sépare aussi du corps de Luffy et vient longer sa hanche. Gêné ? Terriblement. Il n’a jamais dit « Je t’aime » à quelqu’un. Que ce soit son père (bien qu’il n’y ait rien d’étonnant là-dedans) ou sa mère, bien qu’elle soit très importante pour lui (en dépit des apparences et de l’image qu’il peut donner d’elle dans la plupart des conversations portant sur la famille, lors des repas principalement). Et puis, même si ce « Je t’aime » reste indirect, pudique, il n’en demeure pas moins intimement sincère. Espérons que Luffy s’en rende compte. Auquel cas, je doute que Tate soit assez solide pour déclarer une deuxième fois sa flamme. « Bref. T’es rassuré maintenant ? Tu me vois autrement que comme un blaireau ? Ou…Tu crois encore que je joue ? » Avec Luffy, autant être clair. Sans quoi, c’est le gros bordel ! Et retour à la case départ pour les deux zouzous. J’entends par là : prises de bec, coups foireux, vannes à tous va etc. À la trappe donc tous vos espoirs de les voir un jour se câliner affectueusement ou se faire un bisou au détour d’une pièce. M’enfin ! Je m’écarte. Revenons à ce cher Tate. Que fait-il ? Rien. Absolument rien. Il est là, droit comme un piquet, à attendre une réaction de la part de Luffy. Un mot, un geste. Peu importe au fond.

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luffy M. Dog
CANARI EN SUCRE Baisant sur l'arc-en-ciel
avatar

messages : 359
date d'inscription : 03/02/2012
pseudo : MEXICALI ROSE /Chloé
avatar : CHICO
copyright : honey bird

GOOD FEELINGS
sms/messagerie:

MessageSujet: Re: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    Jeu 16 Fév - 11:04






I could stay awake just to hear you breathing,
Watch you smile while you are sleeping,
While you are far away and dreaming.

Si je voulais sa mort? Loin de là! Penaud, je l'observai sans sourciller, l'air interrogateur. J'avais l'air de plaisanter? Je voulais juste m'assurer de ses sentiments, point barre. Ce n'était pourtant pas si compliqué? Si? Moi, il me fallait des explications de A à Z, inutile de jouer les fins poètes avec des allégorie et des métaphores, ça ne ferait que m'embrouiller un peu plus. Et s'il changeait d'avis? Au lieu de quoi il me saisit les poignets. Ce simple contact m'électrocuta de la tête aux pieds, et j'aurais voulu me blottir contre lui, en quête d'affection, mais je ne le fis pas, désireux qu'il poursuive dans sa lancée. C'est fou, mais j'aurais pu me noyer indéfiniment dans le lac de son regard perçant. Il me faisait un effet monstre, et j'avais bien du mal à jouer les indifférents face à son charme dévastateur. Foutu Tate! Je déglutis péniblement alors qu'il ouvrait sa bouche afin d'amorcer ses aveux, et mes doutes s'effacèrent comme poussière une fois qu'il les eut prononcer...Ce qui aurait sembler de simples paroles pour le commun des mortels était un effort considérable venant de Tate. Je sentais mes doigts me picoter et une tachycardie se déchainer dans ma poitrine. La chaleur me monta aux joues et le trouble vint semer la zizanie dans mes pensées. Donc...il m'aimait. BIM. Oui, je venais tout juste de le réaliser. (J'étais parfois long à la détente, mais chut!) Heureusement que la pénombre était là, sans quoi Tate aurait vu le parfait sourire niais scotché sur mes lèvres. J'étais tellement sous l'emprise de mes émotions qu'aucun son ne franchit la barrière de mes lèvres. Je frémis, non pas par la peur ou le froid, mais par ces mots d'une beauté rare. Ses paroles me soulageaient. (Il faut dire que je m'apprêtais à ressortir de sa chambre avec un râteau dans la tronche) Tate était juste touchant comme ça, embarrassé par ses propres paroles. Il me faisait penser à un gros nounours que l'on voudrait prendre dans ses bras. Aussitôt, j'imaginais Tate dans une tenue de nounours, le regard ahuri. Cette vision m'arracha un étouffement amusé. Un peu de sérieux! Hum (...) Je frôlais du bout des doigts son bras avant d'attraper doucement sa main, entrelaçant mes doigts dans les siens. Je déposai mes lèvres sur cette même main, y glissant un baiser volatile. « Il faudrait être complètement idiot pour ne pas prendre en considération ta déclaration... » C'était ma façon à moi de lui dire que j'étais rassuré. « N'empêche...On est quand même deux gros navets... » Plus sous-doués que nous en la matière, tu meurs. Je l'attirai un peu plus contre moi pour lui voler un baiser, furtif d'abord, pour un deuxième plus engagé. Je crois que je ne me lasserais jamais de ses lèvres, sa voix, son corps, son sale caractère...Putain que j'aimais ce con! La distance qui nous séparait venait d'être dissipée en une fraction de seconde. Les bras de Tate était l'endroit où je me sentais le plus en sécurité, et j'aurais pu m'y loger toute une journée sans sourciller, même s'il y avait eu un tremblement de terre. « je t'aime » parvins-je à murmurer faiblement entre deux baisers, le souffle rauque et chaud. Collé contre Tate, je pouvais apprécier l'architecture de son corps avait une indéniable gourmandise. Trois ans à se taper dessus, deux ans à jouer les chauds lapins, un an à ne plus savoir quoi penser de cette relation...Après six années, nous nous étions finalement déclarés...Certes, il vaut mieux tard que jamais, mais tout de même...Question timing, on était pas pressés!


_________________



LES 4 MOUSQUETAIRES
Δ Δ Δ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tate O. Starkey
CAPTAIN FUCKING MAGIC

avatar

messages : 38
date d'inscription : 03/02/2012
pseudo : Kook.
avatar : Colton Haynes.
copyright : © Aurélie.

GOOD FEELINGS
sms/messagerie:

MessageSujet: Re: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    Sam 18 Fév - 15:40

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

Samedi 04 Février 2012 ; 23h10 ; -3°C.
Main dans la main ? Doigts entrelacés ? Le palpitant de Tate décède. Faire un tchek, ok. Serrer la main, ok. Mais ça là, non. Jamais. Pas même pour jouer. (Un temps) Notre ami tourne la tête sur le côté, déglutit, fronce les sourcils. Oui, il est pathétique à agir de la sorte. Oui, il ressemble à ces jeunes collégiennes qui sortent pour la première fois avec le garçon qu’elles aiment depuis le premier jour des classes. Et oui, son visage est bel et bien entrain de se changer en une belle grosse tomate. Soupire. Ses paupières se ferment, ses pensées divaguent, se percutent. (Un temps). Deux gros navets, exactement. Le Newyorkais esquisse un sourire amusé, suivit un petit pouffement discret. Luffy, idiot. Quoique tu dises, quoique tu fasses, tu arrives toujours à le faire fondre. Pire qu’une panière remplie de bébés chats. (Un temps). Surtout quand tu l’embrasses. (Un temps). Là, comme ça. (Un temps). Il croirait devenir cinglé. (…) Il serre la main de son cadet à la simple entente d’un « Je t’aime » solennel. L’extrémité de ses sourcils se courbe. Ses pensées se dissipent. Sa gorge l’empêche de déglutir. Teh. (…) Tate glisse sa main sous le haut de l’artiste, avant de la loger dans le creux du dos de celui-ci, caressant non sans retenir l’envie qui le gagne, sa peau satinée. (Un temps). Au bout de quelques secondes, il coupe leur langoureux baiser, s’attardant un bref instant à le prolonger dans le cou de Luffy avant de tout bonnement se redresser. (Un temps). « Luffy, maintenant t’es à moi. » Sourire au bout des lèvres, un brin provocateur. Monsieur soulève le haut du musicien, lui faisant signe de lever les bras pour qu’il puisse poursuivre son action et ainsi retirer le vêtement. « …Encore plus qu’en temps normal. » Regard effronté, se poursuivant par les mains baladeuses de notre ami qui s’attaque à déboutonner le jean du brun. « Alors si tu permets, j’pense te faire l’amour. Là, tout de suite. » Braguette ouverte, et ce cher Starkey exerce une légère pression sur le torse de Luffy pour faire basculer ce dernier en arrière, en plein centre du lit. Une fois fait, il retire à son tour son pull et son marcel blanc pour mieux venir s’allonger sur lui (soutenu par ses coudes, bien évidemment, il ne va pas l’écraser non plus !). Une fois face-à-face, Tate agrandi son sourire. « Attention à tes yeux. » Ni une, ni deux, monsieur allume la lampe de chevet (histoire d’enfin pouvoir observer le minois de son colocataire.). Grimace, aveuglement. Notre chômeur baisse la tête pour se faire de l’hombre et s’habituer à la lueur teinté de la petite ampoule basse tension. Pupille embrumée, il repose, non sans une pointe de difficulté, son regard dans celui de Luffy. Léger rire débile. (Un temps). Putain qu’il est heureux. « T’es beau. » Voix tendre, sincère. Puis ses lèvres rejoignent avec douceur leurs voisines pour échanger un simple baiser, en toute innocence.

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luffy M. Dog
CANARI EN SUCRE Baisant sur l'arc-en-ciel
avatar

messages : 359
date d'inscription : 03/02/2012
pseudo : MEXICALI ROSE /Chloé
avatar : CHICO
copyright : honey bird

GOOD FEELINGS
sms/messagerie:

MessageSujet: Re: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    Dim 19 Fév - 21:23






I could stay awake just to hear you breathing,
Watch you smile while you are sleeping,
While you are far away and dreaming.

Des papillons s'agitaient sous mon nombril sous la caresse de sa main. Ce simple contact eut raison de ma patience et je me sentais déjà consumer comme une cigarette, ou crépiter comme la braise logée au fond d'un foyer. Le froid polaire qui sévissait à l'extérieur n'était plus qu'une vulgaire anecdote, un lointain souvenir qui s'était aussitôt dissipé une fois que j'avais franchi le seuil de la chambre de Tate. Mes pensées se tortillaient comme des larves et la seule chose que je parvins à distinguer dans cette bouillie abstraite n'était rien d'autre que la flamme de désir que venait d'éveiller mon bourreau, j'ai nommé Tate Starkey. Je tressaillis, avide de sa main contre ma peau, cette caresse brûlante qui semblait attiser en moi un volcan de passion. J'aimais le goût de ses lèvres contre les miennes, contre ma peau...Il me rendait fou, fou de lui. J'étais comme un loup affamé, avec une petite brebis appétissante présentée sur un plat d'argent devant moi, sous mes papilles gustatives qui s'activaient comme des ruches folles. Trois semaines...vingt-et-un jours sans avoir pu partager ses draps...Certes, j'avais eu l'occasion de coucher avec quelques muses, mais à côté de Tate, elles étaient toutes plus fades qu'un cachet d'aspirine. Un hoquet de surprise s'échappa furtivement de ma gorge lorsqu'il baisa tendrement la peau de mon cou, une partie de mon anatomie particulièrement érogène chez moi. C'est simple, dès qu'on me caressait à cet endroit-là, je me sentais défaillir, pris de délicieux vertiges. « Luffy, t'es à moi » Dans d'autres circonstances, je l'aurais envoyé chier comme une merde, mais après nos déclarations enflammées, je me voyais mal le contester...J'étais sien, et il était mien...L'idée de le partager m'était juste impossible, j'étais trop gourmand et égoïste pour ça, surtout lorsqu'il était question de Tate. « Si j'te vois aller flirter ailleurs, j'te castre » C'était ma façon à moi de lui dire que je lui appartenais, et réciproquement. Je n'étais pas doué pour les proses et les jolies phrases poétiques, je n'avais rien d'un Molière. Je le laissai ôter mon haut avec plaisir, voilant mal mon sourire face à sa requête qui n'en était pas vraiment une. « Fais moi l'amour autant que tu veux, beau gosse... » Dévorant du regard le torse parfaitement tracé de Tate, je me laissai tomber sur le lit, rebondissant légèrement sur le matelas que j'adorais squatter lorsque j'étais victime d'insomnies. Merde...L'excitation pointait déjà le bout de son nez quelques secondes après que Tate m'ait rejoint. Les jambes instinctivement écartées, je savourais avec délice son contact. J'aurais pu continuer à saliver comme une chienne en chaleur si ce con n'avait pas allumé la lumière... « P'taiiiiin » grognais-je comme un caniche effarouché. « Tu veux m'aveugler? Crétin! » Ah les mots d'amour, je ne pourrais jamais m'en défaire. Je devais être beau comme ça, à grimacer comme un handicapé. Et ce con ne trouva rien d'autre de mieux à faire que de rire. Pas un rire moqueur, plutôt un rire niais. « T'es beau » Je pouffai, les lèvres pincées pour éviter d'éclater de rire. « Je sais » J'aurais pu lui répondre « toi aussi », ou encore « t'es con »...Non, j'avais juste envie de le charrier, comme toujours. Mes paroles devaient sans doute contraster avec mon sourire béât, mais je m'en fichais pas mal. J'étais trop bien, heureux comme un cochon. Il m'embrassa...C'était un baiser gorgé de tendresse. Miaulant de plaisir, je répondis avec un engouement certain à son baiser, glissant ma langue entre ses lèvres, invitant sa jumelle dans un ballet endiablé. Mes mains, friandes d'aventure, glissèrent sur son dos, épousant parfaitement la forme de ses muscles et de ses os. Argh! J'étais fébrile, brûlant, enfiévré...Et la seule maladie capable de me rendre aussi étourdi n'était nulle autre que Tate. Grr! Je pouvais déjà sentir mon entrejambe durcir dangereusement...Fuck! « Tu m'excites... » Oups. J'avais dit tout haut ce que je pensais tout bas. Et puis zut! A bout de souffle, je tentais vainement d'avaler quelques bouffées d'oxygène, cherchant misérablement à retrouver la parole...Au lieu de quoi je passais un coup de langue sensuel sur ses lèvres désirables, mordillant légèrement sa lèvre inférieure dont je récoltais sur le bout de ma langue quelques perles rougeâtres et salées. Entretemps, mes mains baladeuses s'étaient glissées jusqu'à son pantalon, taquinant de près sa braguette que j'attaquais méticuleusement du bout des doigts. Rien ne résiste à Luffy Dog. La preuve, la braguette se défit en un claquement de doigts et je me frayais déjà un passage sous l'élastique de son caleçon, le sourire carnassier. Dans une autre vie, j'aurais sans aucun doute était un chien. (Je portais très bien mon nom de famille!) La preuve, je prenais plaisir à mordiller sa mâchoire, passant un coup de langue sur le bout de peau meurtri avant de d'attaquer son cou que je garnissais de quelques suçons. (C'est comme ça que je marque mon territoire...)


_________________



LES 4 MOUSQUETAIRES
Δ Δ Δ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tate O. Starkey
CAPTAIN FUCKING MAGIC

avatar

messages : 38
date d'inscription : 03/02/2012
pseudo : Kook.
avatar : Colton Haynes.
copyright : © Aurélie.

GOOD FEELINGS
sms/messagerie:

MessageSujet: Re: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    Lun 27 Fév - 16:12

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

Samedi 04 Février 2012 ; 23h20 ; -3°C.
« Je sais. » Réponse débile sortie de la bouche d’un crétin. Tate sourit, comme un enfant. « Tu m’excites… » D’accord, en temps normal il aurait éclaté de rire. Mais là, non. Il se contenta d’esquisser une moue provocatrice, malicieuse, coquine. Tant mieux s’il t’excite Luffy, sinon on serait légèrement dans la merde. (Un temps). Frissons. Diable, Tate déglutit, tressaille sous le plaisir, soupire d’aise. Et son entre-jambe s’enflamme brutalement. « Putain... » Non, il n’aime pas ça. Il est faible. Stupidement faible. Et ça, ça ne l’fait pas du tout. Sourcils froncés, monsieur tourne légèrement sa tête sur le côté, laissant le champ libre pour Luffy et ses suçons. (Un temps). Merde. Tate se mord la lèvre inférieure, se laisse entraîner par le plaisir. Il retire, avec une hâte certaine, son jean, le faisant voler à l’autre bout de la pièce. (Un temps). Zoom sur le bas ventre de notre ami. La chose s’impatiente. Et lui, se tortille dans tous les sens pour retirer le plus vite possible le pantalon de Luffy. « Ton putain de jean me fait grandement chier, Dog. » Il en serait presque sérieux dîtes donc ! Non, attendez. Starkey éclate de rire, non seulement gêné, mais aussi et surtout désespérément amusé par la situation : il l’aime, il veut lui offrir toutes les caresses, tous les baisers, tous les mots doux qu’il lui est possible de donner…Et un putain de pantalon lui happe cinq précieuses minutes d’intimité. Merde quoi. (Un temps). Victoire mes poussins, victoire ! Tate souffle un bon coup, avale une bouffée d’air, puis observe Luffy de là où il se trouve. C’est-à-dire ? Sur les genoux, toujours perché sur le lit, une jambe entre celles de l’artiste. Il sourit. « J’sais pas s’il me reste du… » Du, vous savez quoi. Mouvement vif, contrôlé, et monsieur se penche avec souplesse au-dessus de son cadet pour tirer le dernier tiroir de sa petite table de nuit. BINGO ! Mais zut. Pas de … « J’ai plus de capotes. » Seconde de silence, puis gros soupire. « Putain, la merde, ‘fait chier. » Oui bon…En ce qui le concerne, il n’a rien à sa connaissance. Et puis il fait attention. Le plus souvent j’entends. « T’as pas choppé le Sida avec tes minettes toi ? » D’accord, c’est super romantique. M’enfin, le temps qu’une capote se ramène par magie sur son zob, Tate continue son petit manège. Muni du précieux gel « Tout glisse » ouais, c’est le nom de la marque, Starkey entreprend de faire glisser le boxer de Luffy et de le faire valser au pied du lit. Sourire effronté. « En fin d’compte j’ai pas trop besoin de m’occuper de devant. » Il ne peut pas s’en empêcher, c’est dans ses gênes. Pourquoi croyez-vous que la plupart de ses conquêtes ne le rappelle pas ? ‘Pas qu’il soit une petite bite ! (loin de là, eh), mais il est tellement chiant que parfois, ça en devient insupportable. Bref, revenons à nos moutons. Le Newyorkais profite du fait que les jambes de son compère soient écartés pour se glisser entre et lui relever le bassin (Bon, j’vais pas te faire un dessin, j’pense que tu vois la position XD Missionnaire !) Ceci fait, il se met un peu de crème magique au bout des doigts, et commence…Ce que nous appelons les préliminaires ! Huihuihui. Notez bien les petits (Bon, je deviens carrément relou là XD) Au passage, précision mes amis, la crème magique « Tout glisse » évite les désagréments d’une prostate complètement explosée (très fortement conseillée pour les gros zobs comme notre ami chômeur *MAGGLE*).

« TATE & LUFFY » I don’t know why I’m still surprised?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TATE & LUFFY ▷ no one can hear.    

Revenir en haut Aller en bas
 
TATE & LUFFY ▷ no one can hear.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHOISIS TON APPART :: charm of the brownstones :: third floor :: #18D-
Sauter vers: